Les impacts de la psychoéducation sur le TDA/H

Il est important de savoir que le psychoéducateur n'est pas habilité à poser un diagnostic de TDA/H. Son rôle est de faire, auprès des individus, des interventions en amont, c'est à dire à titre préventif.

Qu’est-ce que la psychoéducation?

Commençons par le commencement et tâchons de définir un peu plus clairement ce qu’est la psychoéducation!

D’un point de vue global, le psychoéducateur intervient auprès de personnes qui éprouvent des difficultés d’adaptation à une situation donnée, et chez qui ces difficultés s’expriment par le biais de comportements indésirables.

La formation du psychoéducateur lui permet de cerner efficacement les besoins d’adaptation chez une personne pour ensuite mettre en place un plan d’intervention permettant corriger la situation. Comme il s’agit d’une approche qui s’appuie sur les forces des individus, le plan d’intervention mis en place reposera sur les capacités adaptatives de la personne à laquelle il est destiné.

Le psychoéducateur intervient donc directement au niveau des relations humaines, tout en tenant compte des contraintes environnementales auxquelles sont soumis les individus, ce qui fait de la psychoéducation une approche écosystémique.

Psychoéducation et TDA/H

Il est important de savoir que le psychoéducateur n’est pas habilité à poser un diagnostic de TDA/H. Son rôle est de faire, auprès des individus, des interventions en amont, c’est à dire à titre préventif.

Son approche sera orientée vers les besoins de la personne auprès de laquelle il travaille. Dans le cas où un parent amènerait en consultation son enfant présentant un TDA/H, le psychoéducateur regardera au-delà du diagnostic pour voir l’enfant dans tout ce qu’il est, avec ses forces, ses limites, et sa vulnérabilité.

Il se représentera cet enfant pour tout ce qu’il est personnellement, et aussi au sein de son environnement.

L’enfant présentant un TDA/H dans ses différents environnements

Le rôle du psychoéducateur est non seulement d’outiller l’enfant qui présente un TDA/H, mais aussi les différents intervenants qui gravitent autour de lui. Voici quelques situations où une intervention en psychoéducation pourrait s’avérer utile.

À l’école
Évidemment, dans le cas où un enseignant connaît bien la problématique du TDA/H, il s’agit d’une grande force. Néanmoins, l’enseignant observera parfois le comportement de l’enfant sans voir au-delà du symptôme.

Dans un cas comme celui-là, il pourrait y avoir des répercussions négatives sur l’estime personnelle de l’enfant ainsi que sur le sentiment de compétence du professionnel.

Dans la famille
Bien sûr, pour chaque individu présentant un comportement qui doit être amélioré, un ensemble de facteurs est à prendre en considération.

Une chose est toutefois certaine: à la maison, il est bien important d’exposer clairement ses attentes à l’intention de l’enfant, au même titre qu’il faut lui expliquer les conséquences possibles reliées à ses actes.

Par exemple, l’enfant sait-il qu’il ne doit pas lancer ses effets scolaires au moment de faire ses devoirs?
S’il le sait et qu’il le fait tout de même, est-il au fait des conséquences auxquelles il s’expose?
Si l’enfant présente un tel comportement et qu’une conséquence s’applique alors, il est bien important de faire un retour avec lui par la suite.

Émotions, attention et agitation

Les enfants ayant un TDA/H présentent fréquemment des défis reliés à la gestion de leurs émotions, à leur capacité à être attentifs, et à leur agitation incessante. Voici quelques pistes pour les aider à mieux cerner leurs besoins, ce qui les aidera à présenter des réactions plus adéquates par la suite.

Gestion des émotions
Les enfants présentant un TDA/H sont enclins aux débordements émotifs fréquents. L’idéal est de ne pas excuser le comportement, mais d’ouvrir le dialogue avec l’enfant:
– « Que s’est-il passé? »
– « Comment t’es tu senti? »
– « Comment te sens-tu aujourd’hui? Passes-tu une bonne journée? »

En abordant de façon aussi naturelle la question des émotions, l’enfant apprendra à mieux identifier ses propres émotions, tout comme il deviendra plus habile pour le faire avec celles des autres aussi. Graduellement, les intervenants gravitant autour de lui seront de mieux en mieux outillés pour identifier les signaux physiques précédant un débordement émotif.

Maintien de l’attention
Avec un enfant ayant un TDA/H, l’idée est de décortiquer les tâches. Prenons, par exemple, la fameuse période des devoirs et leçons!

Le plus important réside dans la planification de la période devoirs. Il faut tout d’abord penser à impliquer l’enfant dans le processus. Par exemple, on pourrait lui demander: « Bon, par quoi comment t-on? »

Rappelez-vous qu’il auront plus d’énergie au début qu’à la fin. Il vous faudra peut-être les orienter vers les tâches plus faciles pour commencer.

Il peut aussi être pertinent de:

  • Gérer le temps accordé aux différentes tâches avec un Time Timer.
  • Fournir des indices temporels. Par exemple: « Il te reste 5 minutes pour terminer cette tâche ».
  • Penser à donner des pauses.

Un tel cadre sera sécurisant pour un enfant présentant un TDA/H, et cela l’aidera à mener à bien ses tâches.

Grande agitation
Bien sûr, les enfants hyperactifs sont très souvent agités; il est important d’être conscients de ce besoin et d’aider l’enfant à y répondre le plus adéquatement possible.

En se demandant quel est le besoin vécu par l’enfant à ce moment précis, il sera possible de trouver des façons alternatives plus adéquates pour l’aider.

Prenons l’exemple d’un enfant qui, en classe, se tortillerait sans cesse sur sa chaise.
Pourquoi présente-t-il ce comportement?
Le fait de bouger constamment l’aide-t-il à se concentrer?
Si tel est le cas, le simple fait de rajouter, autour des pattes de sa chaise, un élastique avec lequel il pourra jouer discrètement avec ses pieds pourrait lui être bénéfique.

Ainsi, l’intensité et la fréquence du comportement diminuera considérablement. L’enfant se comprendra mieux, sera conscient de ce dont il a besoin, et vivra moins de frustrations et d’échecs.

** Propos recueillis par Anne Dostaler.

Commentaires