Favoriser l’épanouissement d’un enfant avec un trouble d’apprentissage

Le diagnostic de trouble d’apprentissage peut faire naître des sentiments d’incompétence chez l’enfant. Comment peut-on créer un environnement favorable à son bien-être et l’aider à avoir une bonne estime de soi?

Lorsqu’un enfant reçoit un diagnostic* de trouble d’apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, etc.), deux sentiments émergent habituellement : le soulagement de saisir enfin ce qui se passe, de comprendre la source de tous les défis qui étaient déjà présents au quotidien, mais également le sentiment d’être différent des autres. Ces sentiments sont présents tant chez votre enfant que chez vous, le parent. Toutefois, compte tenu de ses difficultés d’apprentissage, il pourrait être plus difficile pour lui de les nommer clairement.

Chez votre enfant, vous pourriez donc observer un manque de confiance en ses compétences et une peur de l’échec (« Je ne suis pas capable! », « Je n’y arriverai pas »), un manque d’estime personnelle (« Je suis nul! ») et des comportements d’isolement social (« J’ai envie d’être seul » ou « Je n’ai pas d’amis »).

Des défis, oui, mais également des forces!

Voici quelques stratégies qui pourront vous aider à mettre en place un environnement aidant et favorisant le bien-être et l’épanouissement de votre enfant :

  • Rassurez-le. Dites-lui que vous l’aimez pour ce qu’il est et non pour ce qu’il fait. Cela lui permettra de se centrer sur ses efforts et non sur les résultats liés à ses apprentissages scolaires.
  • Soulignez ses forces. Il est important d’expliquer à votre enfant ce dans quoi il est bon et capable (une activité sportive, le dessin, sa sensibilité envers les autres, etc.). C’est particulièrement important à partir de l’âge de sept ou huit ans, moment où la pensée logique se met en place et qu’il est davantage capable de se comparer aux autres.
  • Organisez avec lui un espace qui favorisera la concentration et le calme pour ses devoirs et leçons. Le rangement du matériel à portée de la main et l’utilisation d’outils visuels pour l’aider à progresser (liste de tâches imagée, consignes illustrées par des pictogrammes, tableau de valorisation, etc.) le sécuriseront et lui permettront de développer son autonomie et sa confiance en lui.
  • Utilisez du matériel adapté à ses besoins afin qu’il ressente un niveau de bien-être suffisant et qu’il vive des réussites. Ainsi, selon ses défis, il pourrait avoir à sa disposition des coquilles antibruit, des bracelets antistress (« tangle »), une minuterie de type « time-timer » ou un sablier pour mieux l’orienter dans le temps et fractionner la période des devoirs en petits défis de 5 ou 10 minutes.
  • Discutez avec lui afin de trouver une activité parascolaire dans laquelle il pourra se sentir bien, heureux et compétent. Que ce soit une activité artistique, sportive ou de loisirs importe peu. C’est la valorisation qu’il développera grâce à elle qui fera une différence sur son niveau de confiance et d’estime personnelle. L’impact se manifestera aussi dans les autres sphères de sa vie.

L’entourage, la clé du bien-être!

Un autre défi qui se présente souvent à la suite de la confirmation d’un diagnostic de trouble d’apprentissage est l’incompréhension de la famille proche ou élargie et des amis. Il n’est pas toujours simple de comprendre une telle problématique, et plusieurs personnes banalisent ou dramatisent la situation, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur votre enfant, et sur vous-même.

Afin de favoriser le meilleur soutien possible pour votre enfant, il est important que toutes les personnes qui gravitent autour de lui (parents, frères, sœurs, grands-parents) comprennent bien le diagnostic ainsi que les difficultés qu’il occasionne. Il est donc primordial d’expliquer ce qui se passe, en mots simples, en adaptant votre discours aux personnes à qui vous vous adressez.

Plusieurs livres très intéressants et bien vulgarisés existent sur les troubles d’apprentissage. Vous pourriez donc les utiliser avec votre entourage afin de démystifier le diagnostic de votre enfant. Ces outils peuvent également permettre à votre enfant, selon son niveau de compréhension, de mettre des mots plus clairs sur ce qu’il vit. Cela le sécurisera et l’incitera à aborder le sujet ouvertement avec ses amis, ses enseignants et les autres personnes de son entourage.

Quelques ressources utiles

Voici quelques ressources qui sont fort appréciés des parents et des enfants :

  • La collection « Laisse-moi t’expliquer… », publiée aux Éditions Midi trente, est une série d’albums éducatifs pour comprendre et mieux vivre la différence. S’adressant aux enfants de 6 à 12 ans ainsi qu’à leur entourage, ces livres démystifient plusieurs problématiques, dont les troubles d’apprentissage (dyslexie, dysphasie, dyspraxie).
  • Le livre Les troubles d’apprentissage : comprendre et intervenir, publié aux Éditions Sainte-Justine, est aussi un outil fort intéressant qui vous donne les informations nécessaires pour comprendre et aussi mieux expliquer le diagnostic de votre enfant.
  • L’Institut des troubles d’apprentissage (anciennement l’AQETA) est une autre ressource incontournable pour être mieux outillé afin de favoriser la mise en place d’un environnement sain et aidant pour votre enfant.

Et enfin, n’hésitez pas à aller chercher de l’aide si vous sentez que votre enfant ou vous-même êtes limités dans les moyens à mettre en place au quotidien pour assurer son bien-être et son épanouissement. À petits pas, vous apprivoiserez tous les deux cette nouvelle réalité, en étant d’abord bien entourés et soutenus!

* Le terme «diagnostic» est utilisé dans ce dossier et les textes associés pour faciliter la compréhension. Au Québec, la loi réserve cet acte aux médecins. Dans le cas des orthophonistes, des orthopédagogues et des psychologues, le terme «conclusion professionnelle» ou «évaluation professionnelle» est généralement utilisé.

À retenir

  • L’enfant ayant reçu un diagnostic de trouble d’apprentissage manque parfois d’estime de soi.
  • Plusieurs stratégies peuvent aider l’enfant à se sentir compétent, comme souligner ses forces et utiliser du matériel adapté à ses besoins.
  • Il faut prendre le temps de bien expliquer le trouble d’apprentissage aux gens de son entourage.
  • Plusieurs ressources aident les parents et les enfants à mieux comprendre les troubles d’apprentissage.

Commentaires