Astuces de parents pour les devoirs!

Découvrez les trucs et astuces qu'on découvert d'autres parents pour les devoirs et leçons de leurs enfants!

Crayons à fenêtres et boîte métallique!

On utilise des crayons à fenêtres pour écrire les mots de vocabulaire et faire les tables! Nous avons aussi une belle boîte métallique avec des crayons, effaces, stylos et autres qu’on place au centre de la table pour ne pas avoir à se lever sans arrêt. Les enfants s’aident entre eux en se demandant les mots de vocabulaire, les tables, la lecture!

Annie Tousignant

Maman d’une fille de 12 ans et de jumeaux de 10 ans

Pictogrammes et "time timer"

D’abord, les devoirs se font toujours après le souper car après l’école, ils ont besoin de jouer un peu. Nous avons une boîte à outils disponible pour les devoirs avec tout le nécessaire. Tout y est, alors on ne cours pas après le matériel scolaire; cela nous sauve beaucoup de temps.

Nous avons aussi des pictogrammes pour aider mon plus vieux, qui a besoin de support visuel. Un time timer est utilisé pour motiver les enfants à voir le temps précis où ils doivent fournir des efforts d’attention. La tâche est divisée selon les devoirs et les leçons demandés pour en avoir un peu à faire à tous les jours, y compris une journée de la fin de semaine.

Un système de privilège est préétabli depuis le début. Quand les enfants font bien leurs devoirs, ils ont un collant dans leur agenda et lorqu’ils ont récoltés 10 collants, ils peuvent se choisir un privilège. Par exemple, faire une activité seul avec maman ou papa, aller au cinéma, se choisir un nouveau livre pour la lecture du soir, etc. Nous avons toujours une banque de nouveaux livres! C’est une belle manière de les intéresser à la lecture et au français.

Ça nous a pris beaucoup d’efforts et de constance pour établir une routine de devoirs et transformer un moment infernal en un moment agréable. Nous sommes contents d’y être parvenu. Et si nous sommes à bout de ressources pour expliquer, nous appelons Allô prof.

Mariève Guilbault

Maman d’une enfant de 8 ans en classe langage, et d’un enfant de 5 ans

Adapter les exercices

Mon garçon de 8 ans adore l’école et les devoirs. Il est totalement autonome. Pour mon garçon de 10 ans, c’est une autre histoire. Il est dyslexique, dysorthographique, dyscalculique et dysgraphique. Sa scolarité à date a été très difficile. Malgré des bonnes notes, chaque année est une épreuve pour lui et le laisse dans un état de quasi épuisement arrivé aux vacances d’été. Il s’est même retrouvé en épuisement scolaire à mi parcours de sa 3e année, qu’il a terminé à la maison.

Par le passé, tous les devoirs étaient faits le samedi et nous passions des heures chaque jour de la semaine à étudier les tables, les mots de dictée et verbes, ce qui lui causait du stress, de la fatigue, de la frustration, etc. Sans succès malgré toutes sortes de méthodes, cette étude a été totalement abandonnée, et j’ai avisé l’école.

Faute d’outils et d’adaptations, les contrôles du vendredi étaient un cauchemar pour fiston. Il a donc commencé à être « malade » (ce qui n’était pas totalement faux…malade à l’âme, c’est malade quand même!) les vendredis avec ma bénédiction pour demeurer à la maison. Éventuellement la dictée a été adaptée (ou presque). Mon garçon doit composer 3 phrases à l’ordi, qui se font ensuite massacrer de rouge. Bien que cet exercice n’ai aucune valeur pédagogique (aucun enseignement explicite ou rééducation de l’orthographe est ensuite fait), l’avantage est qu’il n’y a plus aucun stress pour lui.

Alors pour en venir à la période des devoirs aujourd’hui? Ils sont toujours faits les samedis (la fatigue cognitive est trop importante après une journée d’école pour se plonger dans des devoirs). J’adapte les exercices si possible (numériser les textes, agrandir et espacer les caractères, etc.) et il utilise des outils technologiques lorsque approprié.

Il n’est pas rare que fiston y passe plusieurs heures quand même. Une musique douce l’accompagne, et les devoirs sont fait là où il plait à fiston (sur le lit, dehors, par terre au salon….).

Et la semaine? Fiston fait parti d’un club compétitif de natation, ce qui fait un bien fou à son moral et son estime. Il a aussi fait le choix de prendre un cours de piano, qu’il adore. Ça demeure pour le plaisir seulement (déjà assez de stress et d’efforts à l’école!). Au diable la pratique si l’envie n’y est pas!

Avant notre vie tournait autour de l’école et était devenue un cauchemar. Maintenant nous prenons le temps de vivre!

Marie-Jo Demers

Maman de 2 enfants de 8 et 10 ans

Commentaires